Comment parler de la mort à un enfant, le conseil de la pro de la petite enfance

Comment parler de la mort à un enfant, le conseil de la pro de la petite enfance

pictos-01

Comment parler de la mort à un enfant, le conseil de la pro de la petite enfance. Mon moment préféré de toute ma carrière (et j’ai eu beaucoup de métiers, dans beaucoup d’endroits différents), c’est celui que j’intitule : Théophile et la mort.

Je travaillais au jardin d’enfant et Théophile était un petit garçon blond à l’air très sérieux -avec un faux air de Gomez Adams.

Nous déjeunions dehors, dans la cour, c’était l’école d’été et l’ambiance était à la détente, à la paresse et à la légèreté. A ma table, plusieurs enfants de 3 à 5 ans grignotaient tranquillement leurs sandwiches.

Quand tout à coup, d’un air profond, Théophile, 4 ans se tourne vers Lou, 3 ans et demie.

  • Tu sais, Lou, un jour Valérie va mourir. Ta sœur va mourir, ton papa va mourir, ta maman va mourir. On va tous mourir.
  • -Ben non, moi ze ferai un gros bisou à Valérie et puis elle sera plus morte.
  • Mais si, même toi, tu vas mourir, Claire, pas vrai ?

Et là, en avalant doucement ma bouchée de sandwich, je me dis que je n’étais pas du tout préparée à cette question de vie et de mort, mais que je ne veux pas leur mentir. Comment parler de la mort à un enfant, voici le conseil de la pro de la petite enfance. Je repense à mes études d’éducatrice, pendant lesquelles j’ai lu Dolto et ce sentiment dont elle a voulu se rappeler quand elle a compris la mort et que les adultes n’y comprenaient rien non plus. Je me rappelle de mon propre sentiment à moi, quand j’ai compris cette sorte d’arnaque inéluctable, qui arrive à la fin de chaque vie, et de mon sentiment de colère contre les adultes, de faire comme si de rien n’était.

« Ah, bon ? Mais on meure à la fin ? Vraiment ? Et vous, vous êtes là, comme ça, comme si de rien n’était, et c’est normal, et on mange des sandwiches au déjeuner alors qu’ON VA TOUS MOURIR ? »

Et travailler avec les enfants c’était aussi, d’une certaine façon pour moi, je pense, tenter d’être en authenticité par rapport à ce moment où l’on comprend. La vie n’est qu’une succession de ces moments précieux, finalement.

Donc j’ai répondu :

  •   Théophile a raison. On va tous mourir. Mais le plus tard possible, on espère. Après avoir vécu plein de choses tristes, et gaies, et merveilleuses, et des choses uniques, qui font qu’on a eu une vie très bien remplie, une vie qui n’est qu’à nous, et quand on aura les cheveux tout blanc ou bien gris. Alors, on sera très fatigués et on aura sûrement envie de se reposer. Et c’est là qu’on meure, si tout se passe bien. La mort c’est quand la vie est finie.

Et on a fini de manger nos sandwiches paisiblement. C’était une façon de comment parler de la mort à un enfant, le conseil de la pro de la petite enfance. Juste une piste de réflexion 🙂

 

 

img_6486

4 Comments
  • Lulu

    8 décembre 2016 at 12 h 51 min Répondre

    well done! Tu t’en es sortie magnifiquement ! Je vais garder cette jolie réponse sous l’coude pour le jour où Noé apprendra « l’arnaque » 😉 !

    • superpoppins

      8 décembre 2016 at 14 h 53 min Répondre

      Merci! C’est cadeau 😉

  • Haruo "El Padrino" Kano

    8 décembre 2016 at 14 h 11 min Répondre

    Tres bien exprime, mois je peu pas ….. very difficult question but you did great with those boys in a very eloquent way. I tried to comment in Francais but I am so rusty.

    • superpoppins

      8 décembre 2016 at 14 h 52 min Répondre

      Merci: ton français est comme mon espagnol: tenemos que praticar y platicar 😉

Post a Comment