probleme enfant

Probleme enfant… Ces « nouvelles méthodes éducatives » qui prétendent vous aider.

 Vous avez un probleme enfant? Ces nouvelles méthodes éducatives miracles fleurissent sur les internets et dans les petits ateliers près de chez vous chaque jour: Montessori, DME, Bébé signe… La pro petite enfance que je suis en est un brin agacée et je vous dis pourquoi.

 
Je ne vous ferai pas l’affront de vous dire quoi en penser: les méthodes éducatives, la pédagogie, c’est comme la religion, je trouve qu’il est toujours plus intéressant d’être polythéiste, sinon on tombe dans une forme de dogme rigide. Et en terme d’éducation, je crois plutôt aux chakras ouverts et à l’humilité. Un probleme enfant, cela prend souvent des proportions incroyables, alors que parfois, un peu de recul suffit.
Prendre les informations, et puis en faire son petit mélange, à sa sauce personnelle, échanger avec l’équipe pédagogique… Voilà comment, en tâtonnant et en tenant compte de la réalité de la personnalité de votre enfant, de votre personnalité de parent, de la compétence propre des pros que vous aurez en face de vous, vous ferez votre recette éducative. Et en vous trompant beaucoup, aussi. Tâtonner, comprendre ses goûts, lui proposer une activité du mercredi: http://superpoppins.com/activite-du-mercredi/ afin de savoir ce qu’il aime… C’est en essayant qu’on apprend.
Du coup les « nouvelles méthodes éducatives », je mets des guillemets ironiques m’agacent. Et je mets également des guillemets autour de probleme enfant, hop, ainsi:  « probleme enfant » parce que je pense que quel que soit le problème, ce n’en n’est pas un, c’est juste juste solution qui attend d’être trouvée 😉
Le probleme, c’est plutôt que ces « méthodes éducatives » tiennent une promesse implicite qu’il est impossible de faire: celle de  formater vos enfants en petits êtres qui se comportent tel que vous, parents, voudriez. Et vous entretiennent dans une idée tout aussi galvaudée que l’enfant qui ne comporte pas comme vous le voudriez est un problème.
Seulement la pro que je suis sait que vos intérêts respectifs ne se rencontrent pas toujours. Le « probleme enfant » n’est pas celui de l’adulte.
Les parents, de manière tout à fait empiriques, ont des méthodes éducatives tout à fait valables, que certains cherchent à les « marchandiser » en se substituant aux pros, c’est une imposture: car c’est en croisant nos regards que familles et pros remettent du merveilleux dans l’éducation des jeunes enfants. C’est ainsi qu’on accompagne le « probleme enfant ».
La pédagogie est une science à part entière, il est exaspérant que certains en prennent les codes et vous recrachent une bouillie infirme en vous faisant croire que c’est la crème de la crème: au mieux, ces gens-là réinventent la roue, au pire, ce sont des escrocs.
Commençons par la DME: la Diversification Menée par l’Enfant. Tout comme mon deuxième exemple, Montessori, ici, ce sont des pros qui la proposent aux familles. Voici plus d’infos ici: http://www.diversificationalimentaire.com/extra/qui-sommes-nous/
Et tout comme Montessori, il y a deci, delà, de très bonne idées à piocher.
Seulement, sorties de leur contexte et recrachées à la va-comme-je-te-pousse, sans formation, sans grille de lecture préalable, c’est souvent un désastre ou bien un non-sens, pour l’enfant comme pour le parent. Et cela créé un véritable « probleme enfant » quand il n’y a avait avant. Cette idée, en filigrane, que l’on peut acheter une méthode qui va faire à notre place ou encore, à l’extrême opposé, se retrouver enfermé dans un dogme impossible à appliquer au quotidien parce qu’on en adapte les règles de manière, justement, inadaptée… De la même manière que Dolto a été accusée de produire des générations d’enfants-rois: simplement parce qu’on a sorti ses propos  de leur contexte et qu’on en a fait un résumé bien moins subtil que ce que cette immense femme a bien voulu transmettre, en réalité.

Je dis simplement que l’éducation demande énormément de temps et de patience, et que de facto, ces méthodes miracles à la mode font tout le contraire lorsqu’elles promettent de résoudre les problèmes des parents en faisant des enfants adaptés. Que le « probleme enfant » est en fait, bien souvent, une solution. C’est à dire que la solution est sous vos yeux, en vous, si vous prenez le temps de vous faire confiance à vous-même et à votre progéniture.

Je pense par exemple à cette mode autour de Maria Montessori. J’ai un immense respect pour Maria, première femme médecin d’Italie au XIXème siècle, je me suis formée à sa pédagogie fascinante, qui était d’abord destinée, précisons-le, à des enfants des rues abandonnés par leurs familles. Cependant, que des établissements ayant pignon sur la rue de leur quartier bourgeois fasse payer 800€ par mois et par famille pour accueillir leur enfant de moins de 6 ans, pour appliquer de façon psychorigide ou/et détourner cette pédagogie me rend triste. Pauvre Maria, elle doit se retourner dans sa tombe. Elle qui avait inventé une pédagogie en perpétuelle évolution… Comme dit la chanson, attention, y’en a des biens, je ne dis pas qu’il faut jeter tous ces établissements, mais il y a quelque chose de l’ordre du non-sens sur un accueil de cette façon-là.
Voilà un exemple de solution plutôt que de « probleme enfant »! On devrait donc plutôt parler des écoles Freinet, publiques, gratuites, partout en France. Cela c’est démocratique! Mais cela n’est pas à la mode, quel dommage, cette pédagogie est merveilleuse, consultez donc ce lien https://www.icem-pedagogie-freinet.org/secteur-equipes-freinet
Sur le « bébé signe » pour autre exemple: il est question d’apprendre à des enfants (qui entendent et parleront mais ne sont pas encore entré das le langage), de signer pour s’exprimer: par exemple le geste « pain », « manger »…
Alors je n’ai jamais assisté à un atelier, j’ai uniquement lu à ce sujet.
Mais pourquoi avancer ce stade de communication? A qui cela fait-il vraiment plaisir: le parent ou l’enfant? J’entends que « des études » prouveraient une efficacité de cette méthode? Je n’en n’ai vu la preuve nulle part. Aucun texte tangible, aucune donnée scientifique sérieuse ne corrobore les soi-disant vertus du « bébé signe ».
Ainsi, si en tant que parent, ou même pro, vous voulez mettre un atelier en place: pourquoi pas, mais quel est votre objectif en faisant cela? Parce que si c’est celui de la rentabilité de cet atelier, ou encore de son « efficacité », je me questionne. N’ajoutez-vous vous pas un « probleme enfant », enfant qui allait très bien avant votre intervention? Une exigence d’efficacité?
J’ai le contre-exemple d’une amie qui a fait le « bébé signeur » avec sa fille. Elle y a appris le signe « non »: maintenant, sa fille est âgée d’environ deux ans, elle parle. Quand mon amie dit « non » à sa fille (pour quelque chose où elle est fermement convaincue), elle joint le geste à la parole. Selon elle, sa fille n’insiste pas dans ces cas-là. Pour moi, cela pourrait juste aussi être l’authenticité de mon amie, la certitude que ce n’est pas négociable ces fois-là, qui fait que sa fille lui obéit. Joindre le geste à la parole n’est alors qu’une manifestation de la congruence de cette maman sur sa décision, et pas de surprise, dès lors, que cela fonctionne.
Les jeunes parents sont un juteux marché, c’est bien connu. On vend aux parents, avec ces méthodes, un enfant adapté, qui fera ce que son parent lui dira de faire, quand il le lui dit.
Car il y a une autre imposture: le parent croit que la façon dont son enfant va se comporter est le reflet pur de son éducation. Le parent croit que son qu’il y a un « probleme enfant » dès que ce dernier ne se comporte pas comme il le voudrait.
 Or, non.
L’éducation est le fruit aléatoire d’un stade de l’évolution propre à chacun, d’une capacité à l’apprentissage, de la personnalité de l’enfant, de son humeur du moment, de ce que cela va générer chez vous en tant que parent… Je crois du fond de mon cœur qu’il n’y a pas de « probleme enfant », que des solutions.
Bref, tout cela pour vous dire de vous tranquilliser: un enfant c’est complexe. Bien entendu que vous allez faire au mieux (et parfois même réussir) à lui inculquer vos valeurs, mais cette personne, votre enfant, n’est pas le vôtre, comme le dit le beau poème de Khalil Gibral, c’est bien un être autonome à part entière. Et cela est bien paradoxal pour vous, parents: vous êtes à la fois leur guide, mais vous devez accepter que vos enfants feront ce qu’ils voudront de vos conseils.
En tant que pro, j’ai vu des parents merveilleux avoir les plus grandes difficultés avec leur enfant, qui soyons franche, était juste une tête de mule. Il existe un « probleme enfant ». C’est celui des parents qui ne veulent pas lâcher prise. Qui veulent le transformer en quelqu’un que l’enfant n’est pas. Et des parents complètement inadaptés avoir des perles d’enfants, et n’en n’avoir aucune idée.
C’est là que réside la différence entre un pro et un parent: le pro a du recul et peut alors étoffer, accompagner, renforcer, mettre en mots. La future maman que je suis est complètement rassurée par le fait de savoir que des équipes pluridisciplinaires vont m’aider dans mon futur rôle toute ma vie. C’est soulageant.
Je sais que je vais pouvoir faire mes erreurs de future maman, apprendre mon rôle, à mon rythme. ET trancher , et avoir raison aussi en tant que maman: plus raison que certains pros, parce que je connaitrais aussi mon sujet.

Soyons claire, pour conclure sur ce « probleme enfant » 😉

Il n’y a pas de méthode miracle pour élever un enfant: depuis des millénaires au moins que la pédagogie existe, cela se saurait si l’on pouvait maîtriser les humains!
On devrait attendre d’un pro de la petite enfance et de l’éducation qu’il fasse juste le pas de côté, de l’extérieur. Qu’ils conforte les papas, les mamans, dans leur rôle de parents, et leur rappelle non seulement qu’ils ne sont pas seuls, mais que chaque difficulté, la plupart du temps, c’est aussi le reflet d’un stade normal de développement.
Et quand à mon tour, j’aurais ma part de « probleme enfant », et que mon fils me fera ce genre d’épisode, j’espère bien que les pros qui m’accompagneront me le rappelleront si je l’oublie.
Qu’aucune de ces méthodes miracle ne fonctionne dans les moments de crise. Elles peuvent en effet être un petit soutien, une distraction, une béquille dans certains, cas, si elles sont honnêtement proposées par des personnes compétentes, et pas des marchands de rêves qui surfent sur votre culpabilité de parent.
No Comments

Post a Comment